• yolaine lobeau

COVID-19 : À la recherche de ma bouffée d’air frais

Au début du mois de Mars 2020, à l’aune du printemps où la nature se pare de ses habits de fête, et que nous nous apprêtions à investir les parcs, les manèges et toutes sortes d’attraction.


Certes au début de l’année nous avions entendu parler du « Coronavirus apparu en chine. BRUSQUEMENT! cette épidémie que nous pensions être loin de nous, en Asie, finalement est à nos portes et en quelques jours, nous nous retrouvons encaserner dans nos maisons : (Télétravail, attestation, sorties très limitées, écoles, magasins restaurants, cinémas, musées etc… fermés).

Le mot d’ordre CONFINEMENT! Situation nouvelle pour nous : chacun chez soi, fini les sorties avec les amis, il nous fallait trouver nos marques, nous occuper et surtout occuper les enfants.


Paradoxalement, j’ai vécu ce premier confinement comme une bouffée d’air frais. Une période calme, entouré de ma famille et surtout avec du temps…avec BEAUCOUP DE TEMPS. On en a profité pour bricoler, pour discuter et faire toutes ces tâches que l’on ne pouvait pas faire auparavant.

Je l’avoue, j’ai eu beaucoup de chance et je sais, que cela n’a pas été toujours le cas pour beaucoup de personnes.


Comme la majorité d’entre elles, j’étais loin d’imaginer que, plus d’un an après, nous en serions quasiment au même stade, et bien que l’avenir semble de plus en plus stable grâce à la vaccination, je me suis rendue compte que cette petite bouffée d’air frais ressentie au début de cette crise, avait depuis longtemps disparu.


Que s’est-il passé? J’ai tout simplement, sous-estimé l’impact du stress occasionné par les répétitions incessantes des réseaux sociaux ou des chaines d’informations liés au Covid-19 sur ma santé mentale. J’ai également sous-estimé l’impact du confinement ainsi que l’isolement social et le manque d’interaction avec les autres pouvaient avoir sur moi.


Entre les pro-vaccins, les antis-vaccins, le passeport vaccinal, ceux qui demandent la réouverture des structures publiques et privées ou leurs fermetures complètes…Tout cela a créé insidieusement une petite tension qui s’est installée durablement en moi.


Ce petit stress latent et inconscient, je le ressens aujourd’hui.


Angoissée? Pas du tout, bien que la perspective d’attraper ce virus ne m’enchante guère, cela ne m’empêche pas de bien dormir le soir et de faire des balades en famille ou avec quelques amis. Toutefois, les autres préoccupations liées à ma vie quotidienne sont exacerbées par ce petit stress inhérent à la situation actuelle.


Quand la COVID prendra t’elle fin? Je pense que personne ne le sait vraiment. Peut-être que ce virus sera saisonnier ou peut-être que l’année prochaine, on n’entendra plus parler de lui, un peu comme la grippe AH1N1… Seul l’avenir nous le dira mais en attendant je rechercherai toujours cette bouffée d’air frais qui me fait tant de bien.


Yolaine Lobeau

Ostéopathe D.O





9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout